montagne 135
guisane cembreu
guisane derriere
guisane face
guisane zoom
08
05
montagne
guisane

Spectacle Zumba

Zumba avec Brigida.
Petits et grands se sont régalés pour la dernière tout en fluo.

 

Atelier Culinaire

Avec Olivier l'éducateur
On a goûté !! Un délice de Duo Choc !

IMG 8057 resultat

Les soins à la Guisane

Dans la bonne humeur tous les jours
Avec Mélanie, Louise, Thierry, Corinne, Chloé nos infirmiers.

Ski Joering à nevache

Merci à Katia notre éducatrice pour cette belle journée Ski joering, un vrai plaisir sur les pistes des Alberts dans la vallée de Nevache.

Trouve moi je suis caché !

Avec Brigida, en fin de journée : le jeu "trouve moi je suis caché" on s'amuse bien !

 

Zumba !

Nos petits en pleine répétition de Zumba...

Spectacle en Fluo ce soir !!

Etudes

Stages climatiques :

Le temps de l'étude avec Véronique la répétitrice scolaire et Dimitri l'éducateur.

     

Tests "Navette"

Stages climatiques :

Atelier "tests Navette" avec l'éducateur Sportif Christophe.

  

  

Asthme et littérature

Prosper Mérimée, Marcel Proust et Raymond Queneau ont tous les trois souffert d’asthme, à des degrés différents. Quelle a été l’influence de cette maladie sur leur comportement personnel et sur leur pouvoir créatif ? En ont-ils fait état ? Comment l’ont-ils relayé (ou pas) dans leur oeuvre ? Pour certains, à travers leur correspondance, pour d’autres dans leurs personnages de littérature, ils ont livré des descriptions cliniques ou des ressentis parfois très bien analysés, permettant de faire des liens inédits entre leur état somatique et psychologique.

On observe d’ailleurs que certains traitements préconisés à l’époque, souvent peu efficaces sont considérés, à la lumière de nos connaissances actuelles, comme farfelus. La corticothérapie par voie générale et surtout par voie inhalée a complètement modifié l’évolution de la maladie à tel point qu’on peut se demander si Proust, confiné à l’époque dans sa chambre pour « échapper » aux crises d’asthme, aurait écrit de nos jours « A la Recherche du Temps perdu » de la même façon.

Marcel PROUST (1871-1922)

Marcel Proust 1900S’il est un nom de la littérature que l’on associe à l’asthme, c’est bien celui de Marcel Proust. Dans les années 1910, l’auteur de « A la Recherche du temps perdu », affrontait sa souffrance sans décrire vraiment ses crises. Les mots parlent d’eux-mêmes (« étouffements, asphyxie ») pour évoquer la sévérité de sa maladie, dont il se fera l’écho essentiellement dans ses correspondances.
Né en 1871, dans des conditions difficiles, Marcel Proust est un enfant délicat et nerveux qui connaîtra sa première crise d’asthme à l’âge de 9 ans. Son père, pourtant inspecteur général des services sanitaires et professeur d'hygiène à la faculté de médecine, membre de l'Académie de Médecine, conseiller technique pour la France de toutes les Conférences internationales sanitaires de cette époque, ne pourra pas guérir son fils dont la maladie ira en s’aggravant. Vers 30 ans, celui-ci multiplie les précautions pour éviter les crises et met tout son entourage, amis compris à contribution. Il devient son propre médecin et s’auto prescrit des médicaments, chers, en vente libre, essentiellement des barbituriques. A la fin de sa vie, il usera d'adrénaline pour lutter contre son asthénie. Le 18 novembre 1922, il s’éteindra des complications d’une bronchite.

Raymond QUENEAU- écrivain, poète (1903 – 1976)

queneau raymondRaymond Queneau est un des auteurs surréalistes les plus connus de la seconde partie du 20eme siècle, poète et essayiste, Il ne parlera jamais directement de son asthme mais le fera, à travers ses personnages auxquels il prête des crises dont les descriptions valent toutes les sémiologies médicales. Queneau était atteint par « l’Asthme », en un temps où seule la poire d’aleudrine pouvait constituer un traitement symptomatique d’appoint. Si dans sa première jeunesse les pollens ont été le principal facteur déclenchant, au fil du temps, avec le vieillissement bronchique, sa maladie s’est chronicisée devenant autonome et permanente.

 

 

Prosper MERIMEE (1803- 1870)

220px Prosper MériméeProsper Mérimée, né à Paris en 1803, fut une personnalité complexe, à plus d'un titre. Souffrant d’un asthme tardif, il en fait beaucoup état dans sa correspondance mais cela ne transparaît pas dans son oeuvre. Il est essentiellement connu pour son oeuvre littéraire, notamment ses nouvelles dont les plus connues sont Colomba et Carmen popularisée par l'opéra de Georges Bizet. Il l’est peut-être moins pour son travail passionné d'inspecteur général des monuments historiques où il travaille en collaboration avec Eugène Viollet-le-Duc à la protection et restauration de très nombreux édifices en péril, parmi lesquels la basilique de Vézelay, Notre-Dame de Paris ou la Cité de Carcassonne. L’envers de la médaille est son asthme apparu alors qu’il avait plus de quarante ans. Asthme tardif (selon nos critères actuels) qui a évolué vers une insuffisance respiratoire chronique et qui handicapa sa vie sociale et professionnelle à en croire son abondante correspondance dans laquelle il décrit avec minutie ses symptômes respiratoires et son ressenti sur la vie, la mort, les médecins et toutes les illusions thérapeutiques.

 

L’acide folique à forte dose augmenterait le risque d’asthme chez l’enfant à naître

acide follique

La supplémentation en acide folique durant la grossesse aurait un impact sur le risque d’asthme infantile, selon les résultats d’une étude observationnelle parue dans Food and chemical toxicity et relayée par la Société française de nutrition. À faible dose, elle réduirait ce risque alors qu’à forte dose, elle l’augmenterait.

De nombreuses études ont montré que la supplémentation en acide folique chez la femme enceinte présentait un effet bénéfique sur la prévention des anomalies du tube neural de l'enfant à naître. Les données concernant l'impact de cette supplémentation sur l'asthme infantile restaient jusqu’à présent contradictoires. Une équipe chinoise s’est penché sur la question et a mené une étude observationnelle. Entre mars 2010 et mars 2011, 150 cas d’asthme infantile et 212 cas contrôles ont été recrutés. Des informations concernant la supplémentation maternelle en acide folique, l’alimentation de la mère et de l’enfant, l’environnement tabagique, les antécédents familiaux de maladies respiratoires ou encore l’environnement social ont été recueillis. En parallèle, les auteurs ont réalisé une méta-analyse portant sur 14 438 participants.

L'association entre la supplémentation maternelle en acide folique et le risque d'asthme infantile n’était significative dans aucune des deux études. Cependant, dans l’étude observationnelle et après ajustements sur les facteurs confondants, l’analyse quantitative de la dose de supplémentation a démontré que le risque d'asthme infantile était significativement accru pour les nourrissons dont la mère avait reçu une forte dose de supplémentation (> 72 000 µg sur plus de 3 mois). Le risque était multiplié par plus de trois, que la supplémentation ait été débuté avant ou après la conception. Inversement, le risque d'asthme infantile a considérablement diminué chez les nourrissons dont la mère avaient reçu une supplémentation à faible dose (<36 000 µg, soit 400 µg/j pendant moins de 3 mois).

Les auteurs précisent que les données issues de la méta-analyse n’étaient pas suffisantes pour pouvoir confirmer ou infirmer ces résultats. Ils ajoutent que ces résultats donc encore être confirmés dans une plus large population.

Source : High dose of maternal folic acid supplementation is associated to infant asthma. Yang L. et al. Food and Chemical Toxicology 75 (2015) 88–93.

Sur le bout des doigts...

Un film réalisé par le CH de Lannemezan (2012) sur l'hygiène des mains en établissement de santé.

Hautes-Alpes : Relancer le climatisme dans le Briançonnais

Une réunion rassemblant des experts italiens, suisses, ukrainiens et français sur le climatisme c’est tenue à Briançon à l’initiative du CEMBREU.

Ces experts ont tout d’abord le projet de faire un état des lieux des connaissances déjà acquises sur le sujet, lors d’une réunion internationale qui pourrait se tenir à Briançon en 2016.
Cette réunion avait par ailleurs pour objectifs de jeter les bases d’un projet européen pour approfondir les connaissances sur l’intérêt du séjour en altitude, non seulement sur les voies respiratoires, mais aussi sur le système cardio-vasculaire et le vieillissement. L’objectif est toujours l’obtention d’une vrai reconnaissance du climatisme en s’appuyant cette fois sur l’Europe.

Etaient notamment présents :

  • Pr Denis Charpin, chef du service de pneumologie-allergologie à l'Hôpital nord de Marseille (France)
  • Pr Pedro Da Mata, professeur à l'Institut Clinique d'Allergologie. Lisbonne (Portugal)
  • Pr Vincenzo Valenzi, département de médecine de la mer - Centre universitaire de biophysique "La Sapienza" (Italie)
  • Pr Vadim Berezovsky (Ukraine)
  • Dr Patrick Quignon, docteur en médecine (France)

Michel Bonnes, président du CEMBREU, représentant légal de la Guisane.

 

Article du "Dauphiné Libéré" du 19/12/2014

Retrouvez ce reportage sur DICI TV

Article en italien

Resolution of Briançon

 

Préparatifs...

On est dans les préparatifs de Noel ... Les enfants attendent la neige !!!!

 

Espace Bien-être

Des travaux et des aménagements viennent d'être effectués.

  • Un espace "Bien-être/Zen" a été installé à l'infirmerie. Nos patients sous aérosols vont pouvoir bénéficier d'un lieu plus confortable et plus adapté à ce type de soin.
  • Nous venons de créer de nouvelles salles d'études, 3 au total, pour permettre des temps en plus petits groupes et favoriser le calme et le sérieux.

Retrouvez-nous prochainement sur notre espace "news" pour découvrir ces lieux en photos.

Au revoir Marie

C'est avec beaucoup de regret que nous avons vu partir Marie, notre éducatrice des petits.

Au cours de ces cinq dernières années, elle avait su conjuguer la technicité de l'éducatrice spécialisée avec la gentillesse et la douceur de la maman.

Elle a souhaité revenir auprès de sa famille ce qui est tout à fait légitime. Elle nous laisse une empreinte forte de son passage dans la maison.

Alors au revoir, mais aussi merci et peut-être à un de ces jours.

Défilé de mode

Mannequin : Loick !!

C'est avec beaucoup de plaisir que nous vous faisons partager une soirée, sous le signe de l'intégration dans le tissu local briançonnais pour Loick, un patient qui poursuit ses études cette année au lycée, tout en se soignant à la Guisane.
Au cours de son stage dans un magasin de sport, il a présenté fièrement la collection hiver 2015, lors du défilé de l'association des commerçants.

Une belle expérience et quel beau mannequin !!!

Asthme et phtalates

Les phtalates de butylbenzyne et de dibutyle sont à l’origine de pathologies respiratoires chez l’enfant à naître

La barrière placentaire ne bloque pas toutes les substances chimiques. Plus particulièrement, les phtalates réussissent à la traverser pour atteindre le fœtus. Or, d’après une étude parue dans la revue Environmental Health Perspectives, l’exposition aux phtalates augmente de 72 à 78% le risque de développer de l’asthme.

Les chercheurs américains ont suivi 300 femmes enceintes. Ils ont analysé leur taux d’exposition à 4 phtalates pendant la grossesse puis celui de leur enfant aux âges de 3, 5 et 7 ans. Ces mesures ont ensuite été comparées au développement éventuel d’asthme chez ces enfants. Le résultat est édifiant. Sur l’ensemble des enfants nés, 94 ont développé de l’asthme.

Deux phtalates ont été clairement identifiés par l’équipe de Robin Whyatt comme favorisant l’asthme. Il s’agit du butylbenzyl phtalate et du dibutyl phtalate. Ainsi, les scientifiques de l’Université de Columbia ont observé que le risque d’ashme était augmenté de 72% pour un tiers des enfants des femmes présentant le taux de butylbenzyle phtalate le plus élevé en comparaison des enfants nés des femmes les moins exposées. Un chiffre qui atteint 78% pour l’exposition au dibutyl phtalate. Les chercheurs supposent que ces phtalates présentent des propriétés allergisantes et agissent directement sur le système immunitaire.foetus2

La difficulté réside dans le fait que les phtalates sont des composés chimiques très courants, auxquels nous sommes exposés quotidiennement. Utilisés dans les matières plastiques, ils les rendent plus souples et en améliore la durée de vie. On les retrouve dans quasiment tous les PVC, comme le benzylbutyl phtalate. Ce dernier est aussi utilisé dans les polymères des revêtements des sols, des peintures plastiques et même des emballages alimentaires ! Le dibutyl est quand à lui présent dans les polymères du chlorure de vinyle ou encore de la cellulose.

Du fait de leur toxicité déjà connue notamment comme perturbateur endocrinien, les phtalates sont soumis à des restrictions d’usage. En France, ils ont été

interdits en 2009 dans les produits à destination des enfants, mais cette étude montre clairement que ce n’est pas suffisant et que la prévention de l’asthme passe par la protection des femmes enceintes.

Enfin le haut débit !

satelitteLassés d'attendre qu'Orange nous permette d'accéder à un débit correct et surtout adapté aux besoins de nos patients, nous avons souscrit un abonnement par satellite qui, sans être la solution idéale, a amélioré considérablement la situation.

Nous l'avons également couplé à un filtre très efficace qui protège nos jeunes des connexions inappropriées.

Cortisone et retard de croissance : un impact limité

En France, près de 3,5 millions de personnes souffrent d'asthme et il naît toutes les dix minutes un futur asthmatique. Et en moins de vingt ans, le pourcentage d'adolescents souffrant d'asthme a augmenté de plus de 40%.

Cette maladie du système respiratoire touche les voies aériennes et notamment les bronchioles, et se traduit par la difficulté à expirer.

Des inhalateurs qui délivrent des corticostéroïdes sont utilisés en cas de crise chez les enfants atteints d'asthme sévère. Bien que ce mode d'administration soit considéré comme le plus approprié et le plus sûr, la prise régulière de corticostéroïdes est depuis toujours un sujet polémique : la prise de cortisone sur une longue période étant connue pour ralentir la croissance des enfants asthmatiques.

Une nouvelle étude de grande envergure sur les effets de son administration par inhalateur vient d'être réalisée. Ses conclusions se veulent plutôt rassurantes.

Portant sur 8.471 enfants répartis en 25 essais cliniques sur des périodes allant de trois mois à six ans, l'étude canadienne a révélé que l'inhalation de cortisone avait un effet limité sur la croissance des enfants.

Les différents essais cliniques menés par l'équipe de Francine Ducharme, de l'université de Montréal ont révélé que l'inhalation de cortisone dans l'enfance avait entraîné un ralentissement de la croissance de 0,5 centimètre en moyenne dans la première année de traitement. Les chercheurs ont aussi noté que les effets sur la croissance tendaient à s'atténuer dans les années suivantes. À l'arrêt du traitement, les enfants et adolescents rattrapaient leur retard.

Un seul essai clinique s'est penché sur la taille des participants à l'âge adulte. Une différence de 1,2 centimètre a été observée entre les personnes ayant inhalé des corticoïdes pendant leur enfance et ceux à qui on avait donné un placebo. Une étude menée sur trois ans, a révélé que l'écart n'était plus que de 7 mm à la fin des tests.

Pour l'équipe canadienne, "c'est le prix à payer pour que le traitement soit efficace". Chaque année 2.000 personnes, dont 600 adolescents, meurent à la suite d'une crise d'asthme dans le monde.

Selon Florence Trébuchon, allergologue, ces résultats ne sont pas surprenants. Le dosage très faible en cortisone par voie inhalée n'altère pas ou très peu la croissance. "Il y a pas mal d'idées reçues sur l'asthme. Il est finalement plus dangereux de ne pas traiter les enfants, car sans traitement la mauvaise oxygénation de leurs organes ralentit elle aussi la croissance. Et il n'est pas rare qu'un enfant en début de traitement fasse une poussée de croissance", indique l'allergologue.

Des chercheurs anglais mettent eux l'accent sur l'importance de la bonne utilisation des inhalateurs par les enfants. En effet selon eux, en cas de mauvaise utilisation, les corticostéroïdes stagnent trop souvent dans la bouche, au lieu d'atteindre les poumons. Ils seraient alors plus facilement absorbés dans le sang et auraient un impact plus négatif sur la croissance.

Une idée que réfute Florence Trébuchon. "La bouche est une muqueuse comme une autre, la stagnation de la cortisone s'y fait en très faible dose et elle ne risque pas de passer plus dans le sang que depuis les poumons". Pour l'allergologue, en cas de stagnation le problème est tout autre. "Si les corticoïdes stagnent dans la bouche, alors ils n'atteignent pas les bronches et le traitement n'est plus efficace. Et trop souvent le traitement va être augmenté alors que cela n'est pas nécessaire".

Pour l'allergologue, le traitement par micropoudre, qui se dépose directement sur les bronches, et les chambres d'inhalation pour les enfants de moins de 5 ans sont les plus efficaces pour lutter contre les crises d'asthme.

Etude de référence : "Inhaled corticosteroids in children with persistent asthma: effects on growth", Linjie Zhang, Sílvio OM Prietsch, Francine M Ducharme, The Cochrane library, publiée le 17 juillet 2014.

Une belle année scolaire !

 

8 candidats = 8 examens réussis

bac2Sur les huit adolescents et adolescentes qui passaient des examens cette année nous avons le plaisir d'avoir huit reçus !!!
Inès et Noor ont décroché avec fierté leur bac.


C'est notre 3ème promo de terminales consécutives: nous confirmons les 100% de BAC réussis!
Rose, Heloise, Maxime et Youcef ont eux aussi tous réussi leur brevet.
Cette année scolaire restera dans les annales de la Guisane.
Nous adressons à tous nos jeunes candidats et à leur famille nos félicitations et leur souhaitons de bonnes vacances bien méritées.

 

Plus d'un collégien sur dix est asthmatique

 

La proportion d’élèves asthmatiques progresse de 2 points, en 3ème et en CM2. Pollution aérienne, allergènes et mode de vie sont les principaux responsables de cette hausse.

L’asthme en milieu scolaire continue sa progression. Une étude parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) signale qu’il s’agit de la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant. Loin de se stabiliser, elle progresse lentement mais sûrement chez les élémentaires et les collégiens.
 
Plus de 14 000 enfants de CM2 et de 3ème ont été suivis dans le cadre de cette enquête. Dans ces deux niveaux, la prévalence de l’asthme dépasse largement celle de la population générale : 14 % et 16 % contre 9 %. Mais la progression constante et régulière inquiète davantage les chercheurs : la proportion de cas a encore grimpé de deux points en 5 ans.
 
Les facteurs de risque environnementaux sont les principaux responsables de cette hausse. Les chercheurs évoquent des « tendances temporelles » étroitement liées aux allergènes aériens, à la pollution atmosphérique ou encore au tabac. Le mode de vie commence à prendre une part non négligeable dans les causes de l’asthme. L’alimentation doit tout particulièrement être observée dans la mesure où l’obésité est associée à un risque accru d’asthme. Il ne faut pas non plus ignorer le lieu de vie : toutes les régions françaises n’exposent pas au même risque, ni aux mêmes symptômes.
 
Les chercheurs observent d’ailleurs que les manifestations de l’asthme ne progressent pas de la même façon. Alors que la toux sèche nocturne grimpe de 3 %, les sifflements, y compris à l’effort, évoluent de 1,5 %. Ces symptômes ont été déclarés par près de 4 asthmatiques sur 10 au cours de l’année passée… mais plus d’un tiers des collégiens ne font pas contrôler leur asthme, ce qui fausse ces données.

 

Adieu Monsieur Le Professeur

photo hassan razzouk 200Notre regretté médecin, le Professeur Hassan Razzouk nous a quitté ce week-end end laissant la climatothérapie d'altitude orpheline.

Il avait su imposer, avec 30 années d'avance, l'idée géniale que notre environnement a un impact direct sur notre santé. Président fondateur du CEMBREU, des Fédérations Française et Européenne de climatothérapie, défenseur inlassable des établissements climatiques qu'ils soient à Briancon, Font Romeu ou Berschengaden, il leur avait conféré leur légitimité et obtenu leur reconnaissance officielle.

Mais c'est au pneumologue qui restait au chevet d'une petite malade de 4 ans toute une nuit pour lui éviter le traumatisme d'une réanimation que je souhaite rendre hommage.
Humaniste et humain, proche de tous , des enfants de la Guisane comme des adultes parfois en fin de vie de son établissement les Acacias.

Il aura permis à des milliers de jeunes asthmatiques de reprendre goût à la vie et de suivre des études normales pour une vie normale.
Cet homme du désert était devenu un vrai montagnard amoureux de cet air pur qui remplit nos paysages grandioses, de nos sommets enneigés et de cette sécheresse qui calme les bronches.

Qui d'autre qu'un Homme exceptionnel d'une grande ouverture d'esprit pouvait réunir une dernière fois autour de lui un ancien député socialiste,  un ministre UMP , un iman et un prêtre.
Nous étions tous là samedi, sa famille, ses amis, ses collègues , ses patients, même le soleil avait tenu à le saluer.

 hommage H Razzouk

Antibiotiques et asthme

 

Les enfants a qui on a prescrit des antibiotiques avant leur premier anniversaire sont plus exposés à des atopies, l’asthme et certaines formes d’eczéma.

les-antibiotiquesLa corrélation directe entre antibiotiques et atopies n’avait jamais été formellement prouvée jusqu’à une étude récente réalisée à l’université de Manchester concernant plus de 1000 enfants suivis depuis la naissance jusqu’à l’âge de 11 ans. On suspectait que l’administration d’antibiotiques aux enfants, en particulier avant l’âge d’un an pouvait favoriser l’apparition d’asthme, mais aucune étude n’avait été décisive dans ses conclusions.

Les chercheurs ont extrait de leurs dossiers médicaux les doses d’antibiotiques administrées et les diagnostics réalisés par des médecins concernant la respiration dite « sifflante », l’asthme et les allergies. Ils ont également suivi des enfants n’ayant pas pris d’antibiotiques. Pour tous ces enfants, des recherches d’allergènes à 3, 5, 8 et 11 ans ont également été inclues dans les résultats car l’asthme est souvent lié à des réactions allergiques à toutes sortes d’agents externes dont l’identification précise est parfois impossible.

Sur les 984 familles ayant finalement accepté de participer à l’expérience, les scientifiques ont extrait les données de 916 enfants et ont constaté, selon les commentaires de différents médecins, un risque significativement plus élevé de développer de l’asthme après une prise d’antibiotiques au cours de la première année de vie. De plus, chez les enfants qui souffraient d’asthme ou de respiration sifflante, les admissions à l’hôpital ont augmenté dans les deux ans après la première prescription d’antibiotiques. Cette prescription précoce entraînerait aussi une baisse de la réponse immunitaire face aux virus. Ainsi, les enfants présentaient des taux de cytokines (marqueurs de défenses immunitaires contre les infections virales) moins élevés que ceux des enfants n’ayant pas pris de traitement.

Les conclusions des analyses démontrent également que l’antibiotique s’est révélé inefficace contre les virus pour lesquels elle était prescrite.

Campagne sur "l'environnement"

Vivre ensemble à la Guisane, c'est aussi se préoccuper de la question de l'environnement et de sa protection.

Ainsi, tous les jeunes avec l'équipe éducative sont sensibilisés au quotidien, sur la démarche de l'écologie et sur leur participation active au respect de la protection et la préservation de notre planète.
Nos jeunes se sont mobilisés au travers d'une exposition affichée à la Guisane.

Chers Parents, lors de vos visites, n'hésitez pas à la consulter dans le hall d'accueil.

Stages climatiques parisiens

En ce début d'avril 2014, les 1ers stages climatiques parisiens des vacances de pâques sont tous bien arrivés !

Leur programme de soin a débuté : EFR/ éducation thérapeutique/ soins infirmiers/ visite médicale/ tests navette/ coaching sportif/ body sport/ zumba/ découverte de la montagne/ sports collectifs/ randonnée/ VTT/ patinoire...

Nous attendons la 2ème vague des stages climatiques pour ce week-end.

 stag clim paris

Rencontre avec nos Anciennes patientes

Ce samedi 5 avril, trois anciennes patientes bachelières et étudiantes sont venues à la GUISANE :

Partage avec les jeunes, souvenir pour l'équipe, un moment fort en émotion !!
Merci les filles d'avoir fait partager votre expérience, votre parcours.
Tous ont beaucoup apprécié.
La soirée s'est poursuivie autour d'un repas montagnard.

UN GRAND MERCI A LUDIVINE, DIANE, LEILA
A bientôt.

Rencontre avec les anciens patients

PROCHAIN TEMPS FORT, le samedi 5 avril 2014

Rencontre anciens patients / nouvelle génération

Un beau projet va voir le jour en avril et nous sommes très fiers de pouvoir le présenter.
Trois de nos anciennes patientes sorties bachelières il y a quelques années vont rejoindre notre équipe et nos jeunes, le temps d'une soirée.
Actuellement, toutes trois étudiantes sur Grenoble et Toulon, Diane, Ludivine et Leila viendront partager leur vécu, leur expérience en maison d'enfants, et raconter les bénéfices de leur cure, leur parcours scolaire, leur vie en collectivité avec leurs éducateurs, leurs souvenirs, leurs anecdotes...


À cette occasion, nous partagerons ensemble un buffet.
D'avance, un grand merci à toutes les trois pour leur visite tant attendue.


Emeline Gaucher et son équipe.

anciens 

Atelier souffle en éducation thérapeutique

Objectif :

Apprendre à maitriser sa respiration afin de pallier à toutes les situations (prise de traitements efficace, gestion de la respiration lors d’une crise d’asthme, surveillance de sa respiration)


Outils utilisés :

Nos infirmières ont mis en place leurs jeux, leur schéma, leur concours dessin.
La participation de tous nos jeunes est une belle réussite.

 

Le Jeu du « Labyrinthe »

Inspire par le nez, souffle par la bouche avec la paille doucement et longtemps afin de maitriser la direction de la bille.

 

Le Jeu « La Bille qui roule »

Vide tes poumons en soufflant par la bouche , inspire profondément par le nez, souffle dans la paille le plus vite et le plus fort possible par la bouche afin que ta paille aille le plus loin possible.

 

Le Jeu du « Poisson »

Souffle par la bouche, met la paille dans la bouche, inspire calmement et profondément afin d’attraper un poisson et l’emmener dans ton camp.  

 

Concours Dessin « Trajet de l’air »

Tous les lycéens ont dessiné le trajet de l’air. L’élection du plus esthétique « trajet de l’air » se déroulera le jeudi 20 mars.

 

En savoir plus sur l'éducation thérapeutique

Suivez nous sur...

twitter blc

facebook2